JEAN-LOUIS PONS : La haine,...excite les disputes, mais l\'amour couvre toutes les transgression

 JEAN-LOUIS   PONS  : La haine,...excite les disputes, mais l\'amour couvre toutes les transgression

AMOUR SUR LE NET

 

 

 

Ils ne se sont jamais vu, des milliers de kilomètres les séparent physiquement et pourtant ils sont proches ; très proches, l’un de l’autre.

Elle est peu être âgée  et lui probablement pas beau… Est-ce le contraire ? Quelle importance ?

 

Tout commença sur un forum où ils se sont rencontrés en prenant ensemble la défense d’un tiers.

Cette communion les emmène à communiquer plus particulièrement et ils prennent l’habitude de se contacter quotidiennement en amis.

Au fil des jours, devenant de plus en plus intimes et ils en apprennent un peu plus l’un sur l’autre ; les sentiments qui naissent en eux les perturbent particulièrement car cette amitié du début se transforme … Non, ils ne veulent pas perdre une si belle amitié naissante à cause d’impulsions présentes et pressantes.

Mais leur vie est un facteur à haut risque :

 

Elle, délaissée et mal aimée depuis tant d’années est fragile et sensible à la moindre émotion affective.

Lui, également en mal d’affection ne peut que succomber aux charmes et aux attentions empathiques de ce contact de rêve.

 

Chacun plein d’attention pour l’autre semble correspondre au complément parfait.

Est-ce la réalité ?

 

De la pluie et du beau temps, leurs sujets sont aussi variés que leurs sensations présentes. Probablement auraient-ils préférés en rester à de simples conversations banales propres à des amis, mais les sentiments ne se commandent pas. Sans lutter pour autant, ils essaient de ne pas se laisser aller à de trop fortes émotions ; mais les heures passantes et le soir venu, des frissons langoureux les entraînent sur une voie plus intime… et plus intime encore.

Ils sont les premiers étonnés de ce qu’ils osent se demander : Les mots ainsi que les « émoticones », ces signes et ces dessins expressifs tels que des baisers, des sourires, des clins d’œil, les enivrent et les surprennent à se livrer l’un à l’autre encore plus profondément.

Plus ils se livrent et plus ils en veulent… encore, encore, et encore. Les heures passent si vite que lorsqu’ils doivent se séparer c’est une violence en soi.

 

Puis vient un autre jour, le lendemain : Ils se retrouvent. Ces amis sont amants de cœur.

Les heures défilent à nouveau et le soir arrive pour les emporter dans des rêves qui mêlent la sensualité à l’érotisme verbal, les rendant intoxiqués l’un de l’autre. Leur dépendance à cette union particulière est une osmose incompréhensive pour eux.

Comment peuvent-ils se livrer tant ?

Ils ne se voient pas, ils ne se touchent pas, ils ne se sentent pas… Comment leurs sensations peuvent-elles être si fortes ?

 

L’imagination !

 

Leurs manques communs ont unis ces deux êtres par des mots qu’ils vivent intensément de tout leur cœur. Ils se laissent aller enfin à l’extase de leurs envies et les assouvissent pleinement. Leur gène et leur pudeur sont devenus des sensations enivrantes venant du plus profond d’eux ; et rougissant chacun de leur coté du clavier, ils s’informent de cette sensation commune et nouvelle.

Ils voudraient plus… mais ils savent que cela leur est impossible. Profitant du moment présent, ils se donnent l’un à l’autre avec des mots et connaissent un plaisir merveilleux, un bonheur éphémère mais d’une intensité presque indescriptible.

 

Hélas, la réalité les rattrape progressivement et ce qui fut beau reste physiquement inaccessible, donc impossible !

Les kilomètres et leur vie respective les remettent sur la voie de la raison : Pour ne pas avoir mal quittons nous !

 

Oui …

 

Au revoir Elle…

Au revoir Lui…

 

Beau souvenir ou grande tristesse ? ou les deux…

 



13/06/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres